< Retour à la page précédente

Stockage partagé : Fibre optique ou iSCSI?

Alors que la guerre de la virtualisation fait rage, opposant principalement les deux poids lourds de l’industrie; Microsoft avec sa technologie Hyper-V et VMware avec sa suite vSphere, une autre question nous est souvent posée : stockage partagé en fibre optique (Fiber Channel) ou en iSCSI (Internet SCSI)? Beaucoup de mythes subsistent encore vis-à-vis les avantages des deux technologies et cet article va vous aider à faire la lumière sur la réalité.

Fibre optique vs ISCSI

La vérité sur les performances

Les fabricants des technologies de stockage branchées par fibre vont tenter de clore le débat avec leur argument massue : le protocole « Fiber Channel » supporte jusqu’à 8 gb de bande passante par port, tandis que iSCSI, qui utilise le protocole ethernet pour communiquer, supporte 1gb de bande passante par port, ou 10 si vous pouvez vous permettre du 10GbE Ethernet (10 gigabit).

La performance ne se mesure souvent pas en bande passante pour accéder aux disques, mais en opération d’entrée/sortie sur les disques (IOPs). En effet, dans le marché des PME (200 usagers et moins), je n’ai jamais vu du stockage iSCSI bien configuré prendre TOUTE la bande passante disponible. L’entonnoir se situe bien au-delà des ports de communications, au niveau de la lecture-écriture sur les disques.

L’indicateur utilisé est l’IOPs (I/O Operation per Second ou Opération d’entrée/sortie par seconde). Par exemple, un serveur de base de données va générer beaucoup d’IOPs aléatoires pour aller lire et écrire dans différentes tables d’une base de données. Un serveur de fichiers, lui, va être plus utilisé en lecture qu’en écriture (90/10 en faveur de la lecture). Donc, bien avant de penser à remplir les 8gb de bande passante théorique qu’offre le protocole Fiber Channel, il faut mesurer les IOPs requis et s’assurer que la quantité de disques et leur configuration (RAID) vont suffirent à la tâche.

Des économies majeures

Coté prix, le fait que la technologie iSCSI utilisent des commutateurs et des interfaces réseau Ethernet favorise la croissance (ajout de serveur et de stockage) à bas prix alors qu’un seul port d’expansion fibre peut coûter jusqu’à 900$, et qu’il en faut deux par serveur pour obtenir un minimum de redondance, vous pouvez ajouter une carte réseau 4 ports Ethernet pour 450$. Le même principe s’applique dans les commutateurs. Un commutateur 24 ports fibres pour un SAN coûte autour de 12 000$.

En tenant compte du fait qu’il en faut deux pour obtenir une connectivité redondante croisée, pour deux serveurs la connectivité vers le stockage partagé coûte :

  • 4 x HBA fibre (2 par serveurs) : 3 600$
  • 2 x commutateurs fibres : 24 000$

Total de 27 600$.
À ce prix, vous n’avez toujours pas votre SAN (Stockage partagé).

Pour une configuration similaire en utilisant iSCSI :

  • 2 x Cartes quarts ports Ethernet Gigabit (1 par serveur) : 900$
  • 2 x Commutateurs Ethernet pour iSCSI : 5 000$

Total de 5 900$

La différence est énorme. Dans le marché de la PME (Moins de 200 usagers), vous aurez beaucoup de difficulté à me convaincre que les technologies fibres ont toujours leur place.

Comptez sur les experts Vertisoft pour vous aider à faire les bons choix pour la gestion de vos données sécurisées et autres besoins technologiques!

Sources : 

www.procurve.com
http://www.dell.com/ca/business/p/managed-gigabit-ethernet-switches
http://www.dell.com/ca/business/p/iscsi-san-products
https://ca.insight.com/ (Les carte fibres)